Le blog du pèlerin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 20 mai 2011

Envol général

Hier soir, brochette de juvénile sur les corniches. Le volant de cette semaine a rejoint provisoirement son frêre et sa sœur. Je dis provisoirement car pour manger il remonte en hauteur sur la flèche pour être tranquille. A mes passages quotidiens j'ai toujours vu les 2 juvéniles sur les corniches. J'en déduis pour le moment une forte probabilité qu'il ne se sont pas envolés. De plus, comme l'année dernière et après contrôle caméras, dès que les juvéniles sont sortis, ils ne retournent quasiment plus à l'intérieur du clocher. L'ensemble des fauconneaux fait une belle photo de famille mais mon appareil vient de tomber en panne. Pas de photo pour l'illustration :-(
Ce matin, à 07h50, la disposition des individus a brusquement changé. Il s'est passé quelque chose. C'est ce que je soupçonne en ne contactant aucun juvénile sur les corniches et en trouvant les adultes postés bas sur la flèche. 2 juvéniles sont sur le toit du transept. L'envol a eu lieu après le lever du jour. Je doute qu'ils prennent leur élan en nocturne et le premier nourrissage de la journée est une bonne motivation.
Ce soir à 21h15, les adultes sont en vol. L'un d'eux se poste très bas, sous les abat-sons du clocher, face NO. C'est très surprenant. Je n'avais encore jamais observé un adulte aussi bas sur la flèche. Cris de juvéniles. C'est la femelle adulte qui nourrit la femelle juvénile. Cette dernière est plus grosse que sa mère ! Encore un exemple où il faut se méfier des différences de taille pour sexer un adulte et un immature.

lundi 16 mai 2011

ENVOL 2011

18h13 : Ce soir, en compagnie de Jean-Marie, pendant que nous discutons sur l’avenue du général Leclerc, j’entraperçois une silhouette familière qui se pose face SE mais bien plus bas que la normale. D'où nous sommes nous ne voyons pas exactement le poste d’atterrissage. Et là on se demande toujours comment ça fonctionne dans nos têtes mais en une fraction de seconde j’assimile à la fois la couleur brune, la hauteur d'atterrissage et la silhouette à un juvénile qui revient d’un vol. Notre conversation s’arrête aussi nette. Et tout aussi nettement cette fois ci, nous assistons à un nouveau décollage de pèlerin qui se pose sur le faîte du toit du transept. Jumelles rapidement dégainées : C'est un juvénile ! PREMIER ENVOL.


Sur fond de flèche

Préalablement à cet évènement, à 17h50, mâle adulte et femelle adulte sont postés sur les surplombs côté ESE et je ne contacte que 2 juvéniles sur la corniche SE. La seule obs des 3 juvéniles remontant au samedi 21h00 je suis finalement rassuré sur cette présence simultanée de toute la famille. A noter qu'après ce premier vol, les parents n'ont pas bougé.
18h57 : Enfin, un adulte décolle. Le mâle adulte est venu se poster à plusieurs mètres du juvénile toujours sur le faîte du toit. Les cris sont continus. Au moment où il rejoint son père, ce dernier s’envole.
19h09 : Les parents sont à la surveillance. Leurs repositionnements sur la basilique sont nombreux, particulièrement ceux du père.


Portrait de l'aventurier

L’aventurier est survolé par l’adulte qui vient même au ras du toit, frôlant la tour face SE comme jamais il ne le fait. Les 2 juvéniles restant battent énergiquement des ailes. Ce premier envol s'est réalisé à 40 jours. L'année dernière à 44 jours. En 2007 à 41 jours.
On peut résumer ainsi : Incubation, une quarantaine de jours. Envol : une quarantaine de jours. Fastoche.



Depuis 2004 que j'observe ces premiers vols, toujours, les jeunes au décollage sont arrivés trop bas pour se poser d'où ils ont décollé mais la basilique, de par son volume, sa largeur, offre suffisamment de zones de récupération.

dimanche 15 mai 2011

Première sortie au grand air

Avec un peu de retard et après ma monté aux archives caméras : Le premier fauconneau a pointé son bec par la rambarde du clocheton sud le 12 mai à 07h25. Très rapidement il a été suivi par le reste de la fratrie qui s'est bien occupé toute cette demi journée à découvrir ce nouveau paysage tout en parcourant l'espace restreint du clocheton sud.



Hier, samedi 14 mai, première observation de juvéniles qui ont franchi le pas de la rambarde et se sont aventurés sur la corniche Sud-Est. Vers 21h00, la femelle adulte mangeait proche des 3 fauconneaux qui mendiaient vocalement de façon lancinante. C'est actuellement l'ambiance sonore du quartier.


Ce matin, après que ces 2 là ont passé la nuit à l'extérieur du clocher.

Des exercices de musculations, des cris plaintifs pour quémander un nourrissage, des séances de repos vautrés sur la pierre et des déplacements exploratoires ponctuent leur quotidien.
Le premier envol est estimé dans la semaine qui vient. L'expérience acquise les années précédentes montre que ce premier envol arrive très rapidement après leur sortie du clocher. Encore ce matin, le mâle adulte survolait fréquemment les 2 juvéniles présents. Une incitation.


Une grue de chantier s'est montée le 10 mai dans l'ancienne école maternelle à 90 mètres au Sud-Ouest du clocher.

Pour finir, aujourd'hui, je fête un anniversaire. Celui de Gaston, le merle "Gordini" très connu dans mon quartier. Cela fait 1 an que je l'ai vu la première fois. Il échappe à la prédation des pèlerins malgré nombre de ses congénères que je retrouve dans les reliefs de repas des faucons. Je viens encore de le contacter à l'instant.

Longue vie à toi vieux :-D

jeudi 12 mai 2011

Des pylônes accueillants , mais...

Cette année, dans le département, 2 couples ont été localisés sur des pylônes électriques qui avaient déjà fait l'objet de reproduction ou tentative de reproduction, depuis 2006. Cette année là avait été productive mais à part l'année dernière où 1 seul jeune a été observé après l'envol, le bilan est très médiocre.



Les observations de cette semaine ne vont pas dans le sens d'un succès.



Si tel est le cas, on ne pourra pas incriminer de fortes précipitations. Cependant, une petite idée ou réflexion m'est venue après avoir observé de la défense territoriale en falaise maritime. Si dans ce milieu, l'espace ouvert face à la falaise expose le prédateur ailé ; sur pylône, un corvidé est bien protégé dans l'entrelacement des poutrelles, face aux piqués d'un faucon pèlerin voulant défendre ses œufs ou sa progéniture.
A l'heure où l'on ne peut qu'avancer des hypothèses, j'en rajoute une pour la gamberge ;-)

dimanche 8 mai 2011

Divergeons un peu

Une séquence de la BBC sur la capacité qu'a l'autour des palombes (Accipiter gentilis) à chasser en milieu boisé

Lire la suite

samedi 7 mai 2011

2 mâles, 1 femelle

Ce matin, visite des caméras, histoire de savoir où ils en sont. Surprise, il n'y a rien dans le nichoir. Ta ta taaam. Normal, les 3 fauconneaux en sont sortis et divaguent dans l'alvéole limités par les marches en béton hautes de 50 cm environ.


Ils y sont tombés le 03 mai. Les 2 mâles à 06h55 et 06h56, après un nourrissage et la femelle à 15h26, pendant que le mâle adulte nourrissait les frères au sol.


Les nourrissages se poursuivent, sur cette photo, c'est le mâle adulte qui assure. On peut voir que 2 des fauconneaux ont un plumage plus avancé que le troisième, sensiblement plus volumineux. On peut en déduire 2 mâles et 1 femelle pour cette reproduction 2011. Et 1 œuf non éclos.