Le blog du pèlerin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 22 juillet 2013

colombo vs pèlerino ... philes

Le billet précédent a créé un certain intéret. Une internaute hollandaise, après avoir pris contact avec moi afin d'obtenir l'immatriculation complète de la bague du pigeon voyageur (PV), a retrouvé les propriétaires en les informant sur la fin tragique de leur pigeon.

Extrait de sa réponse :
Les propriétaires de “ton” pigeon étaient plutôt relax, ils m’ont dit: “Dommage, mais bon, c’est la nature”.

Une part des colombophiles n'est pas aussi fermée.

Après quelques échanges mails, nous avons précisé le parcours de ce PV. Appelons le "NL-2012-19...". Il a été lâché lors d'un concours international, organisé pour les colombophiles hollandais à Épernay (F), dans la Marne. Il devait rejoindre son colombier à Kerkrade (NL), une petite ville proche des frontières allemande et belge, soit à 250 km à vol de PV en ligne directe. Nous recherchons encore la date exacte du lâcher que nous avons cerné autour de fin avril/début juin. "NL-2012-19..." a été capturé par le couple de faucon pèlerin de ND de Lourdes à Nancy. Or Nancy n'est pas du tout sur le trajet de ce concours. En effet, au lieu de prendre dés Épernay une direction même approximative Nord-Est, celui-ci s'est retrouvé à 160 km environ, direction Est-Sud-Est (!). Conclusion : Cet individu, qui plus est, pigeon de concours s'est manifestement trompé de trajectoire. Sur Nancy, il était irrémédiablement égaré.


Clic pour agrandir - En rouge, le trajet théorique supposé , en jaune, le trajet effectif supposé

Il serait osé de généraliser chaque cas de prédation sur du PV à des individus perdus, mais en l'absence de toute autre information, nous devons tenir compte de cet argument dans le conflit qui oppose colombophile et pèlerinophile. Chercher à connaitre l'origine des PV prédatés pour quantifier les diverses raisons de capture est une démarche qui ne peut que permettre d'argumenter sur des bases solides. Une démarche scientifique ne peut que prévaloir sur l’obscurantisme (d'un côté comme de l'autre) et est le meilleur des services à rendre aux pèlerins.

Et paf ;-)

samedi 13 juillet 2013

NDdL bilan 2013

Ce matin entre 11h00 11h30 environ, visite du clocher pour un état des lieux.


Un tapis de fiente de pigeons

Une trentaine de pigeon occupe les parties hautes de la flèche. Il faut se prémunir des fientes qui tombent parfois drues.
Un regard est rapidement jeté sur le nichoir pour constater la présence de 3 œufs



2 œufs sont percés et vides mais une poussière de fine pellicule en sort. Ils ont sans doute été percé par les mouvement du juvénile. Le dernier est intact. Malgré les précautions prises pour son transport, il finit par éclater à la maison, heureusement dans le sac avec un son de gaz sous pression. L'odeur est, disons ... réjouissante ;-) Une pâte verdâtre en sort. Beuark.
La récolte d'indices permet de récupérer de la pelote de réjection, une primaire d'adulte, quelques ventrales et 2 bagues de pigeon voyageur (PV).


L'une, rouge et immatriculée est une bague de PV hollandais, né en 2012. L'autre, noire, est une bague pour constateur électronique "TIPES 600+".
Le bilan de cette reproduction 2013 est donc d'une ponte de 4 œufs, avec l’éclosion d'1 juvénile mâle à l'envol.
Il faut aussi constater la présence de nombreux pigeons bisets semi-domestiques qui vont, dans un avenir très proche poser la question de leur impact sur l'état sanitaire de l'intérieur du clocher. L'accumulation de leur fiente obstrue l'évacuation des eaux de pluie. C'est devenu un problème récurent. Le Faucon pèlerin ne limite plus leur présence. Ceux-ci ont intégré celle du prédateur et leur population augmente. Notons aussi, la quelques couples de pigeons ramiers, seulement en extérieur de la basilique.


une ponte de ramier

Ceci ne veut par dire pour autant que les pèlerins ne s'attaquent pas à eux si l'occasion se présente. Mais force est de constater leur augmentation. Avant la première nidification de pèlerins en 2004, le clocher était relativement étanche à la pénétration des pigeons. Leur arrivé fortuite en profitant d'une ouverture accidentelle d'un des 4 accès au clocher, a permis en même temps une réoccupation par les bisets. Le Faucon pèlerin ne peut pas être un objet de régulation des populations de pigeons. S'il est indéniable que sa présence limitera la "prolifération" des pigeons dans les premières années, les équilibres naturels se manifesteront en rééquilibrant les 2 espèces. Une adaptation des pigeons bisets est en cours. Le Faucon pèlerin ne prélève que ce dont il a besoin. S'il ne dédaignera pas un pigeon local, dans l'environnement immédiat de son site de nidif, la plupart de ses chasses se produisent bien au-delà, à l'échelle de l'agglomération. A défaut d'études sérieuses, son impact n'est pas mesurable, pour le moment. La part de pigeon dont il s’empare est naturellement profitable à une autre part en perpétuel apparition par le jeu des naissances.

PS : Désolé, je suis obligé de fermer les commentaires car ils sont spamés par les publicitaires.