Différencier le mâle de la femelle


Différencier les adultes des immatures

Les antanaires

Retour accueil


Comment différencier
le mâle de la femelle

La différenciation est en tout état de cause un exercice délicat qui suppose d'être le plus objectif possible. Mieux vaut une information certaine qu'une erreur de sexe parcequ'il y a eu un doute. De nombreuses erreurs sont dûes à un excès de confiance, une observation trop furtive ou une impression qui, hélas, se transforme fréquemment et comme par enchantement en certitude (c'est du déjà constaté !). S'il y a le moindre doute, mieux vaut s'en tenir à l'espèce : faucon pèlerin. Rien n'empêche d'exprimer ce doute par : faucon pèlerin, probable mâle (ou femelle). Cette notation peut apporter malgré tout un complément d'information en attente d'une confirmation par un autre observateur. 

Si en présence d'un seul couple sur un secteur donné cette certitude peut sembler trop rigide, il en est tout autrement quand un troisième individu ou, mieux, un second couple survient. Cette certitude est primordiale quand, par exemple, par une lecture retrospective des notes de terrain, il faut estimer leur date d'arrivé.

Le plus important est de ne pas faire d'erreur. Il en va de la crédibilité, de la fiabilité et donc de la qualité et de la réputation de l'observateur.


3 critères

1°) La Taille:


Les deux individus sont pris en photo séparément sur la même statue du clocheton Est ainsi que sur la barre de clocheton Nord.

                                         

taille_male
CHARLIE
taille_femelle
CHARLOTTE
Charlie Charlotte

Le mâle est globalement un tiers plus petit que la femelle.
En fauconnerie, le mâle est appelé "tiercelet". La femelle est appelée "forme".

Attention :
-Il est  impossible de sexer un individu isolé en vol, uniquement sur le critère de taille.
- Il y a toujours des variations de taille pour un même sexe. Conséquence : Un "gros" mâle peut se confondre avec une "petite" femelle.

Notez une différence dans la proportion relative de la tête par rapport au corps chez l'un et chez l'autre.

NOTE tiré de Dick FORSMAN, 1999. The Raptors of Europe and The Middle East. A Handbook of Field Identification.
Apprécier la taille réelle d’un oiseau sur le terrain est extrêmement difficile. L’impression de taille est souvent obtenue en comparant l’oiseau avec quelque chose de taille connue, que ce soit une plante, un rocher ou un autre oiseau connu auparavant. Les rapaces sont, cependant, la plupart du temps vus dans le ciel où il n’y a habituellement rien avec quoi les comparer. Les difficultés deviennent même encore plus grandes quand on s’éloigne des terrains connus par exemple lors de voyages à l’étranger. En conclusion, l’estimation de la taille est de peu de valeur pour l’identification des rapaces. L’utilisation de catégories de taille, comme petite pour les petits faucons et les Accipiter, moyenne pour les buses et les grands faucons et grande pour les aigles et les vautours est souvent le plus que l’on peut faire de façon fiable.


2°) La couleur du plumage


Là, il vous faudra du temps et de la patience pour observer des pèlerins afin de vous "faire l'oeil" et une bonne paire de jumelle pour différencier les plumages.

Les 3/4 inférieur de la face ventrale, de tous les adultes, est rayée horizontalement


Le faucon pèlerin mâle

De près (photos de gauche), le haut de la poitrine est moucheté de tâches de couleur brun noir. Elles sont fines. De loin (photos de droite), le mâle parait très blanc.

plumage_male plum_male2
Charlie digère depuis 2 heures. Il ferme alternativement chaque paupière...ou membrane nictitante. A l'affût, prêt à fondre sur une proie potentielle.


Le faucon pèlerin femelle

Quant à la femelle, de près, les tâches du haut de sa poitrine sont plus grosses; ce qui, de loin, donne à cette partie du corps, une couleur d'ensemble plus foncées. Ce n'est pas évident !
           
plumage_femelle plum_femelle2
Le jabot plein, cette femelle adulte se dore au soleil du mois de mars. Charlotte trône sous les derniers rayons du soleil couchant.

De plus, il y a des variations dans le nombre et la taille de ces "gouttes" ventrales. En voici quelques exemples sur différentes femelles.



Cet individu peut très bien se confondre avec un mâle

3°) La couleur du bec


Observez bien et comparez. Vous remarquerez un différence notable dans le ton jaune



CHARLIE CHARLOTTE

La couleur de la cire du bec et du tour de l'oeil est  jaune d'oeuf  chez le mâle et plutôt  jaune pâle  chez la femelle.
De même que le  tour de l'oeil  jaune est plus marqué chez le mâle que chez la femellle.
Pendant la reproduction cette différence est moins marquée.

Positivons: c'est un exercice qui développe le sens de l'observation 


Comment différencier les adultes des immatures



La proportion de taille entre mâle et femelle est la même que chez les adultes.

1- Les rayures ventrales sont verticales et remontent très haut.
2- Un sourcil très clair est présent. Il varie de forme et de taille en fonction des individus.
3- La cire du bec est gris clair comme le tour de l'oeil (jaune chez l'adulte).
4- La couleur de la partie du plumage claire est plus jaune en lumière naturelle
5- L'extrémité de la queue présente un liseré blanchâtre mieux marqué que chez l'adulte

ATTENTION :
- Il existe un risque de confusion pour, à même sexe, identifier en vol un immature d'un adulte quand la lumière n'est pas favorable. Généralement, les immatures sont légèrement plus grands que les adultes, d'où une erreur possible d'identification de sexe pour l'un des 2 individus. De même, les immatures ont une queue proportionnellement plus longue que les adultes.
- Sexer un immature posé seul est un exercice relevant souvent d'appréciations subjectives ou hasardeuses. Même un observateur confirmé s'y trompe.


 2010, un des 4 jeunes survivants

Pour se laisser approcher aussi facilement, le rapace était sans doute déja bléssé (Photo : Patrick STENZEL-novacarb)
juin 2006 : les falaises de bord de mer se repeuplent lentement
(Photo : Fabrice Jallu)
juv2008
Reproduction 2008 : Rayures verticales, tâches claires à l'arrière de la tête jusqu'au dessus de l'oeil, cire du bec gris,...tout y est. Ce sont bien des juvéniles.


juv2008


NB : La couleur de la cire du bec et du tour de l'oeil change avec l'age. 1 année sépare ces deux portraits.


Juvénile de 50 jours

Juvénile/immature de plus d'1 an
Cette femelle va très prochainement changer de plumage

Pour plus d'information, le site de Javier Blasco Zumeta : http://www.javierblasco.arrakis.es/families.htm

La page concernant le faucon pèlerin. Attention, elle concerne une sous espèce méridionale.



Les antanaires
Ce sont de jeunes individus qui ont un plumage intermédiaire entre celui des juvéniles et celui de l'adulte. Ils ont alors un peu plus d'1 an et le portent de leur naissance à juillet de l'année d'après environ.

Les photos ne sont pas formidables mais, la distance, le manque de lumière et l'excitation du photographe devant l'évènement ne sont pas des critères de perfection.

1- Les rayures ventrales sont verticales mais un peu désordonnées.
2- Une tache claire est toujour présente sur le haut de la tête.
3- La cire du bec et le tour de l'oeil sont  jaunes.
4- La couleur de la partie du plumage claire est  passée du blanc jaunatre à un blanc plus net  en lumière naturelle.

ATTENTION :
 Il faut absolument redoubler de prudence à la période d'envol des jeunes car un juvénile se confond avec  un antannaire. Seul la couleur de la cire du bec et du tour de l'oeil fera la différence. 


16 juin 2005 : A l'occasion de la première obs de Claire posé sur ND de Lourdes j'ai pu constater la présence de cet antanaire mâle de passage. Charlie n'est pas là, le petit voyou en profite pour mâter. <<Mââtin! Elle est gironde la petite>> 
antanaire_breton
25 avril 2005: Celui-ci a profité de la disparition du mâle légitime pour s'accoupler avec la femelle restante sur un des sites bretons


antanaire antanaire

Retour accueil